Principes Fondateurs

Alors qu’un tourisme respectueux peut bénéficier aux communautés locales, encourager la protection de l'environnement ainsi que de l'histoire et devenir une expérience enrichissante pour les voyageurs,

 

Alors que les pratiques irresponsables ont sapé la vrai valeur du produit et des destinations touristiques,

 

Alors que le tourisme mal maîtrisé, dépendant des fluctuations du marché à court terme a eu un impact sur les communautés et les écosystèmes, a contribué à la détérioration de sites culturels et historiques, accentué le stress environnemental et dégradé la qualité de l'expérience offerte aux voyageurs,

 

Alors que cette tendance a été aggravée par l’accent mis indûment sur la quantité de touristes plutôt que sur la qualité de l’expérience et les avantages que cela représenterait pour les communautés locales,

 

Alors que la dégradation généralisée a persisté malgré les tentatives sérieuses des parties responsables de renverser la tendance,

 

Alors que la reprise après la crise du COVID-19 nous donne l'opportunité d'aller vers un avenir plus durable,

Par conséquent nous demandons instamment un engagement mondial eu égard à ces principes:

1. Vision d’ensemble

Reconnaître que dans la majorité des cas le tourisme, de par sa nature, implique de prendre en compte la destination dans son ensemble et non pas seulement les entreprise du secteur touristique, mais aussi veiller au respect des écosystèmes, des ressources naturelles, de la culture et des traditions, des communautés ainsi que de l’esthétique et des infrastructures déjà en place.

2. Mettre en place les normes de durabilité

Respecter les critères minimaux accessibles au public, approuvés à l’échelle internationale par le biais de pratiques touristiques

durables soutenues par le Conseil général responsable du tourisme durable (STSC) tant pour l’industrie que pour les destinations.

3. Collaborer vers une gestion des destinations

Organiser le développement du tourisme dans son ensemble par le biais d’une structure de gestion collaborative qui assurerait une participation égale du gouvernement, du secteur privé et des organisations de la société civile représentant la diversité dans les communautés.

4. Préconiser la qualité plutôt que la quantité

Aller vers une gestion du développement touristique axée sur la qualité des voyages plutôt que sur la quantité de visiteurs afin d’améliorer l’expérience de voyage tout en conservant le caractère de la destination et ce dans le but de faire profiter les communautés locales.

5. Exiger une répartition équitable des revenus

Viser des politiques qui contrent les inégalités des avantages touristiques au sein des collectivités de destination tout en maximisant le maintien des revenus touristiques dans ces collectivités.

6. Réduire le fardeau du tourisme

Prendre en compte les coûts liés au tourisme, à la fiscalité locale, les problématiques environnementales et sociales, ainsi que les perturbations objectivement vérifiables. Veiller à ce que les investissements soient liés à

l’optimisation des impacts nets positifs pour les communautés locales et l’environnement.

.

7. Redéfinir les termes de la réussite économique

Plutôt que de contribuer à la croissance brut du PIB, favoriser des mesures spécifiques bénéfiques pour les destinations, tel que le développement de petites entreprise locales, la distribution des revenus et l’amélioration des chaînes d’approvisionnement locales inclusives.

.

8. Diminuer l’impact climatique

Respecter le consensus scientifique sur les réductions nécessaires des émissions de gaz à effet de serre. Investir dans les infrastructures vertes et aller vers une réduction rapide des émissions liées au transport dans le cadre du tourisme, pour tenter de réduire l’impact sur la qualité de l’air, de l’eau et des sols.

9. Fermer la boucle sur la distribution des ressources

Lorsque la sécurité post-pandémie le permet, se détourner de l’utilisation de plastique à usage unique par les entreprises touristiques et transitionner vers une distribution circulaire des ressources.

10. Maîtriser l’utilisation des terres par le tourisme

Limiter le tourisme de villégiature à forte occupation dans les zones concentrées. Décourager l’étalement des complexes touristiques sur les côtes, les îles, et les zones montagneuse, afin de préserver le caractère géographique, une économie diversifiée, l’accès local et les écosystèmes critiques.

11. Diversifier les marchés d’origine

En plus du tourisme international, encourager le tourisme local, qui peut s’avérer être plus résistant face aux crises et contribuer à augmenter la valeur perçue des citoyens de leur propre patrimoine naturel et culturel.

12. Protéger l’esprit du lieu

Encourager des politiques touristiques et pratiques commerciales bénéfiques qui visent à protéger les atouts naturels, scéniques et culturels. Préserver l’identité et le caractèr original de la destination. La diversité du lieu devient la motivation du voyageur.

13. Mener ses activités commerciales de manière responsable

Encourager et récompenser les entreprises touristiques et entreprises associées qui soutiennent ces principes par leurs actions et participent au développement d’une chaîne d’approvisionnement locale solide donnant accès à des produits et des expériences de meilleure qualité.